Techniques d'AMP

Inséminations intra utérines
L’insémination intra-utérine consiste à introduire dans la cavité utérine une quantité suffisante de spermatozoïdes sélectionnés mobiles.
Elle permet ainsi d’éviter le passage du canal cervical; la technique s’adresse aux infertilités cervicales (défaut de glaire), aux troubles de l’ovulation, aux infertilités masculines limites (les cas les plus graves relevant de la FIV ou de l’ICSI) et surtout aux infertilités inexpliquées
L’insémination est le plus souvent couplée à une stimulation ovarienne.

 

La fécondation in vitro et l'ICSI

  • La fécondation in-vitro (FIV) :

consiste à reproduire dans un laboratoire un phénomène qui se produit naturellement dans la trompe de l’utérus : la rencontre des gamètes mâles (spermatozoïdes) et d’un gamète femelle (ovule), encore appelé ovocyte.
En FIV, une stimulation ovarienne est effectuée grâce à des gonadostimulines comme les FSH ou les HMG administrées en sous-cutané.
Le but de la stimulation est de recueillir plusieurs ovules susceptibles de donner plusieurs embryons de bonne qualité. Généralement, 1 ovocyte sur 3 seulement est de bonne qualité.
Le transfert de plusieurs embryons augmente le risque de grossesses multiples.
On conseille donc le transfert d’1 embryon dans les situations très favorables en première et deuxième tentative et le transfert de 2 embryons dans les autres cas. Les embryons surnuméraires normaux et de qualité satisfaisante sont congelés.
Cette technique s’adresse aux infertilités féminines ou inexpliquées.

 

  • ICSI :

Depuis 1995, en cas d’infertilité masculine avérée, on utilise une technique dérivée de la FIV : l’injection intra-cytoplasmique d’un seul spermatozoïde (ICSI). La grossesse spontanée reste cependant toujours possible jusqu’à des concentrations spermatiques autour de 3 M/ml.
L’ICSI s’adresse aussi à certains cas d’azoospermies (absence de spermatozoïdes dans le sperme). On réalise un prélèvement chirurgical dans les testicules ou l’épididyme pour récupérer des spermatozoïdes. L’intervention est réalisée au bloc opératoire d’Urologie (Professeur H. BITTARD).
Les spermatozoïdes prélevés chirurgicalement sont en général congelés dans un premier temps et l’ICSI est réalisée quelques mois plus tard (méthode différée).


Mis à jour le 02-09-2013